Le métier d’ostéopathe

À quoi correspond le métier d’ostéopathe ? Quels sont les débouchés ? Dans quel cadre intervient-il (elle) ? Quelles sont les compétences requises pour devenir un bon ostéopathe ? Quelles sont les principales pathologies pour lesquelles les patients consultent un ostéopathe ? Quelle est la différence entre kinésithérapeute et ostéopathe ?

Trouvez, ici, toutes les réponses à vos questions sur le métier d’ostéopathe.

Quelques chiffres sur le métier d’ostéopathe en France

Depuis la mise en application des décrets réglementant l’activité et la formation des ostéopathes en France en 2007, la profession a le vent en poupe :

  • En 2021, 35 174 ostéopathes étaient inscrits au registre ADELI1
  • En 2021, on compte 1 ostéopathe pour 1829 habitants en France
  • En cabinet, en entreprise, dans des clubs sportifs ou en structure de soins, les ostéopathes out un large choix quant à la tournure qu’ils souhaitent donner à leur activité
  • 45,19% des ostéopathes sont des femmes ; 54,81% sont des hommes
  • 64% des porteurs du titre d’ostéopathe sont des ostéopathes dits « exclusifs ». Les autres porteurs sont :
    • 29% de masseurs-kinésithérapeutes ostéopathes
    • 5% de médecins ostéopathes
    •  2% d’autres professions ostéopathes

1 ADELI est un répertoire national qui recense les professionnels de santé réglementés dans 21 professions des domaines sanitaire et social.

Vous souhaitez en savoir plus sur l’insertion professionnelle des diplômés en ostéopathie ?

Les nombreux champs d’activité de l’ostéopathie

L’ostéopathie s’adresse à tous :

  • Aux enfants
  • Aux adultes
  • Aux femmes enceintes
  • Aux personnes en situation de handicap
  • Aux personnes âgées…

La raison principale qui conduit un patient à consulter un(e) ostéopathe est la douleur. C’est notamment la colonne vertébrale et les souffrances dont elle est à l’origine qui représentent la première cause de consultation en ostéopathie.

Bien évidemment, le champ d’application de l’ostéopathie va au-delà de la douleur et de la souffrance. L’ostéopathe intervient pour soulager la plupart des manifestations en relation avec des troubles fonctionnels :

  • De l’appareil locomoteur
  • Du système neurovégétatif
  • Du système digestif
  • Du système génito-urinaire
  • De la bouche et de la sphère ORL
  • Du système respiratoire

L’ostéopathe intervient pour soulager, mais également pour prévenir les maux, ainsi qu’en complément thérapeutique, pour soulager les effets des lésions tissulaires.

Où exercent les ostéopathes ?

Les ostéopathes professionnels peuvent exercer en libéral, mais également intégrer divers environnements de soins, en lien étroit avec d’autres professionnels de santé. Ils jouent un rôle essentiel dans la prise en charge globale des patients.

L’exercice de l’ostéopathie en libéral

64% des ostéopathes sont dits « exclusifs ». La grande majorité exerce leur métier de façon libérale. Ils sont donc installés de manière indépendante dans leur propre cabinet privé, mettant à la disposition de leurs patients leur expertise dans le diagnostic, le traitement et la prévention des dysfonctions physiques et psychiques.

Les ostéopathes peuvent aussi :

  • Travailler en tant que salariés
  • Exercer leur profession dans différents contextes : clubs sportifs, maisons de retraite médicalisées, hôpitaux et cliniques privées.

 

Actuellement, de nombreux centres de soins s’intéressent à l’ostéopathie et favorisent le recrutement de médecins-ostéopathes ou de masseurs-kinésithérapeutes et ostéopathes diplômés.

Pour les nouveaux diplômés, une première expérience en tant que salarié remplaçant est souvent une étape importante du début de carrière.

La pratique de l’ostéopathie en collaboration avec d'autres professionnels de santé

L’ostéopathie ne se pratique pas en vase clos. Que l’ostéopathe travaille en libéral ou en tant que salarié dans le secteur hospitalier, il reste toujours en étroite collaboration avec d’autres professionnels de santé. C’est pourquoi, lorsqu’un patient est orienté vers un ostéopathe sur prescription médicale, le praticien s’assure de tenir le médecin prescripteur informé des résultats obtenus.

Au sein de l’hôpital ou d’un centre de rééducation, l’ostéopathe est généralement intégré à une équipe interprofessionnelle centrée sur le patient.

Il ou elle travaille en synergie avec d’autres professionnels de santé pour assurer une prise en charge globale et optimale du patient. Cette collaboration étroite favorise l’échange d’informations, la complémentarité des soins et contribue à l’amélioration de la qualité des soins prodigués.

L’ostéopathie en tant que spécialisation pour un professionnel de santé

Certains professionnels du domaine de la santé de se tourner vers une spécialisation en ostéopathie. Médecins, sages-femmes, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues et autres chiropracteurs sont de plus en plus nombreux à suivre une formation pour obtenir un diplôme d’ostéopathe.

Les professionnels de santé peuvent bénéficier d’exemptions pour certaines unités d’enseignement et de formation. Ainsi, un ostéopathe peut également être un médecin ou un kinésithérapeute de base, ayant par la suite enrichi ses compétences avec des connaissances spécifiques.

Quelles sont les compétences clés pour devenir un bon ostéopathe ?

L’ESO Paris a pour vocation de former de très bons ostéopathes. Si les connaissances théoriques et les compétences techniques sont enseignées au cours de la formation, certains éléments liés à la personnalité et aux soft skills des candidats sont essentiels :

  • Une dextérité manuelle pour mettre en œuvre les techniques et manipulations destinées à corriger les dysfonctionnements des articulations et des muscles.
  • Une très bonne capacité d’écoute et de compréhension, avec la prise en considération du corps du patient dans son ensemble, comme un réseau d’interactions où chaque partie est connectée aux autres
  • Une grande patience et une profonde empathie afin d’encourager le patient à exprimer sa douleur pour déterminer sa source et de la soulager.

 

Avez-vous les qualités et compétences requises pour devenir ostéopathe ? 

ESO Paris Alumni : le réseau des ostéopathes diplômés de l'ESO Paris

Formant une communauté solide et solidaire, le réseau des étudiants diplômés de l’ESO Paris constitue également une association qui œuvre pour faire valoir le niveau de formation en ostéopathie et accorder, à la profession, la place qu’elle mérite dans le monde scientifique et médical.

Le métier d’ostéopathe et les autres professions

Quelle différence y a-t-il entre un ostéopathe et un kinésithérapeute ? Quelles professions de santé peuvent compléter leur offre en obtenant un diplôme d’ostéopathe ? Voici les réponses à vos questions :

Quelle différence y a-t-il entre un ostéopathe et un kinésithérapeute ?

Le kinésithérapeute et l’ostéopathe présentent des approches sensiblement différentes :

  • La kinésithérapie est principalement recommandée pour la rééducation. Elle englobe une multitude de spécialités. Par exemple, la rééducation postopératoire, suite à une maladie ou à un traumatisme, est indispensable pour se remettre en forme. Les sessions de rééducation chez un kinésithérapeute sont souvent prescrites par un médecin généraliste. Le recours à un kinésithérapeute peut également être utile en cas d’arthrose, de tendinites et de rhumatismes.
  • L’ostéopathie, de son côté, est conseillée en cas de douleurs articulaires ou musculaires (mal de dos, douleurs de mâchoire, douleurs au genou…) ainsi que de troubles ORL tels que des vertiges ou des acouphènes.

Les différences s’observent également au niveau des méthodes utilisées :

  • L’ostéopathe aborde le corps humain comme un ensemble, une structure à part entière. Ses mains sont ses principaux outils d’analyse et de soin. La méthode principale de traitement est le rééquilibrage du corps. Par exemple, il peut manipuler les os du crâne même si la douleur est située ailleurs.
  • Le kinésithérapeute, en revanche, agit de manière ciblée en fonction de la pathologie. Il utilise un équipement varié pour la rééducation (barres d’équilibre, élastiques, ultrasons, etc.) Le kiné travaille également manuellement pour soulager certaines douleurs après un traumatisme, comme une entorse de cheville, ou les pathologies inflammatoires qui peuvent être soulagées par des techniques de drainage ou des ondes de choc.

Bien entendu, les formations sont différentes :

  • Le masseur-kinésithérapeute est un professionnel de santé dont le domaine de compétence concerne principalement les massages, la physiothérapie, la rééducation et certaines formes de thérapie manuelle. Il est généralement impliqué dans la rééducation des personnes ayant subi un traumatisme. Ce praticien est diplômé d’État et ses soins sont remboursés par l’assurance maladie, si prescrits par un médecin.
  • L’ostéopathe, en revanche, n’est pas nécessairement un professionnel de la santé. Son domaine de compétence repose sur trois principes fondamentaux : la médecine manuelle, l’approche holistique de l’individu (état physique et mental) et l’équilibre tissulaire (capacité du corps à s’auto-équilibrer).

Kinésithérapie et ostéopathie : deux disciplines complémentaires

Dans certains cas, la combinaison de l’ostéopathie et de la kinésithérapie peut être source d’efficacité. Par exemple, une fois qu’un ostéopathe a rétabli la mobilité d’un patient, l’intervention d’un kinésithérapeute peut être recommandée. Les sportifs recourent souvent à ces deux thérapies pour optimiser leurs performances et soigner les troubles liés à leur activité. Certains kinésithérapeutes se spécialisent également en ostéopathie, leur permettant d’exercer les deux disciplines, parfois dans deux cabinets distincts.

Vous souhaitez en savoir plus sur le métier d’ostéopathe ?