L’OSTÉOPATHIE

HISTORIQUE

Science ancestrale, l‘Ostéopathie fut structurée au 19ème siècle aux États-Unis, par Andrews Taylor STILL (1828 – 1917). Premier médecin à comprendre les interrelations entre le système musculo-squelettique et les autres systèmes organiques d’une part ; entre la mobilité et l’équilibre fonctionnel de l’ensemble du corps humain et l’état de santé d’autre part.

En 1874, il rompt avec la médecine traditionnelle de son époque, puise dans la médecine grecque, égyptienne, indienne et se rend compte que l’équilibre de la santé passe par l’équilibre du squelette.

Ayant compris que la charpente osseuse est garante de l’harmonie des systèmes nerveux, musculaires et circulatoires, il formule le postulat suivant : « la structure gouverne la fonction ».
Ce fut, à l’époque, une révolution dans la manière d’aborder la santé.

A.T. STILL émit l’hypothèse que le vaste tissu de soutien du corps appelé « fascia », véritable « toile d’araignée » reliant tous les éléments du corps humain (os, articulations, viscères, glandes endocriniennes, vaisseaux, nerfs) pouvait être le tissu le plus important et se trouver, par des restrictions de sa micro-mobilité, à l’origine de troubles fonctionnels perturbant l’état de santé. La mobilité du système musculo-squelettique et des différents tissus du corps fut donc identifiée comme l’élément clé de la Santé de l’Homme.

C’est sur ce concept que STILL a fondé la première école d’Ostéopathie dans le monde « The American School of Osteopathy » en 1892. Pour valider des études différentes des études médicales allopathiques, il créa le « D.O. Degree », diplôme différent de celui de M.D. (Medical Doctor). En 1900, un de ses disciples, William G. SUTHERLAND (1872-1954), diplômé de la première école américaine d’Ostéopathie, découvre l’Ostéopathie crânienne. En désossant des crânes humains, il valide son intuition : l’emboîtement des os, leurs structures, leurs articulations entre eux favorisent la malléabilité du crâne.

L’ostéopathie s’est développée en Europe avec la création en 1918 de la British School of Osteopathy par John Martin LITTLEJOHN à Londres et en 1950 de l’école Française d’Ostéopathie par Paul GENY à Paris. En France trois ostéopathes français et trois ostéopathes américains (Harold MAGOUN, Viola FRYMAN et Thomas SCHOOLEY) sont à l’origine de la création de la Société d’Enseignement, d’Etudes et de Recherches des Techniques Ostéopathiques (SERETO) dans les années 60.

En 1990, la société Internationale d’Ostéopathie à Genève a recommandé des normes d’enseignement suivant les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé pour la formation des professions de santé médicales.
L’ostéopathie est officiellement reconnue au Royaume-Uni depuis 1993 par la promulgation du Royal Assent. En France, la profession d’ostéopathe est légalisée par l’article 75 de la loi 2002-303 du 4 mars 2002 (J O. n° 54 du 5 mars 2002) relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, dont les décrets et arrêtés ont été publiés en mars 2007.